Bonjour à tous,

Le marché de Noël est de retour, Cette année nous vous recevrons avec plaisir le 8 décembre et le 15 décembre au F

arafina, 165 rue Solférino à Lille, de 16h30 à 20h. Vous pourrez y déguster des cocktails africains, des samoussas au bœuf, poulet ou végétariens et trouver des cadeaux originaux pour un Noël solidaire. Le 8 décembre Domba Tchiako, grand joueur de kora nous fera découvrir son talent et le 15 , vous pourrez écouter un orchestre de musique traditionnelle du Burkina.

En 2018, Faso bara a pu développer le parrainage pour permettre aux enfants de Bobo-Dioulasso de poursuivre leurs études.
Le parrainage des enfants déjà suivis a pu continuer et de nouveaux enfants ont été parrainés. L’association a cette fois-ci choisi des collégiennes. Le parrainage peut s’effectuer grâce à des parrains ou marraines en France ou des fonds de l’association. Sur place, nous nous assurons de la scolarisation des enfants, des achats de fournitures, de tenues et nous pouvons également intervenir sur les besoins alimentaires de l’enfant si cela s’avère nécessaire . Un tuteur suit bénévolement l’enfant sur place. Des échanges de courrier sont possibles avec l’enfant parrainé. Le coût d’un parrainage est de 200 euros par an pour un niveau collège/lycée et de 130 euros pour un niveau primaire. N’hésitez pas à communiquer auprès de votre entourage. Chaque parrainage est précieux pour l’avenir de ces enfants.

Le partenariat avec l’association des femmes de Kotalama a permis de lancer une première promotion de formation de jeunes filles (cuisine et entretien de la maison). Suite à cette formation 6 jeunes filles ont été placées et suivies afin de s’assurer de leurs conditions de travail. Une subvention a été versée à l’association Kotalama afin qu’elle lance une activité de transformation alimentaire afin de financer la formation.

pour l’année 2019,

Faso Bara aimerait continuer à développer le parrainage , particulièrement au niveau du collège et du lycée pour les filles. Ce passage est malheureusement le moment où la scolarité s’arrête faute de moyens des parents. Les filles sont beaucoup plus touchées par la déscolarisation.

Un projet de création de bibliothèque dans le village de OUO est à l’étude. Ce village est frappé par l’exode de sa jeunesse qui part à l’aventure et notamment dans les mines d’exploitation d’or illégales. Cette bibliothèque sera un outil et un levier pour que la jeunesse se concentre sur les études.

Dans l’attente de ce moment festif, bonne semaine à vous tous,
Merci de communiquer l’information auprès de vos connaissances.
La présidente, Claire Dramé